La mise-bas chez la chatte et les premiers soins aux chatons

 

Votre chatte attend une portée

LE DEROULEMENT DE L’ACCOUCHEMENT

Avant la naissance, placez une boîte de carton assez grande, contenant de vieilles couvertures ou de vieux draps, dans une pièce calme, idéalement dans un placard, pour que la mère s’y installe plutôt que de choisir votre duvet pour mettre bas ! Il est préférable de laisser la litière, les aliments et l’eau hors de la boîte. Évitez surtout de placer un bol d’eau dans la boîte, à proximité des chatons, puisque ces derniers peuvent glisser dans l’eau et prendre froid.

La mise bas dure en général quelques heures seulement chez la chatte. Au moment de la naissance, il est important de ne pas déranger la mère. Laissez-la prendre soin des nouveau-nés et les nettoyer sans intervenir. Il n’est pas nécessaire de vous dépêcher de changer les draps, par exemple. En évitant de manipuler les chatons pendant les 24 ou 48 premières heures suivant une naissance normale (sauf pour effectuer un bref examen afin de déceler les malformations congénitales), vous offrez à votre chatte un milieu paisible qui rehausse sa capacité de soigner ses petits et lui permet de terminer la mise bas dans le calme. Dans de rares cas il sera nécessaire d’aider à la naissance d’un chaton trop gros, malformé ou en mauvaise position.

                                                                       Résultat de recherche d'images pour "chaton nouveau ne"

Normalement, dès l’expulsion, la chatte prend en charge le chaton. Elle le lèche, ce qui permet de le débarrasser de la membrane qui l’entoure, de couper le cordon ombilical et de stimuler la respiration. 

Dans certains cas, la prise en charge par la chatte est défaillante. Les principales causes sont : manque d’expérience, douleurs ou inconfort, mauvaises conditions environnementales pour la mise-bas.

Pour favoriser la respiration, il peut être utile d’aspirer les sécrétions au niveau des narines et de la bouche du chaton en utilisant délicatement une petite poire d’aspiration, un mouche bébé ou une seringue à insuline.

Il peut être utile de lui frictionner le thorax avec un linge sec et tiède, en mettant la tête vers le bas. Attention à ne jamais secouer les chatons.S’il n’a pas été sectionné par la chatte, il y a lieu de comprimer le cordon ombilical avec un clamp chirurgical à 3 cm de l’ombilic, de le ligaturer et de bien le désinfecter avec un antiseptique (vétédine ®)

A la naissance, la température du chaton est de 35°5C. Pour assurer un bon réchauffement des chatons, la température du nid doit être de 28 à 30°C. C’est le cas si la mère s’occupe bien des chatons et si la portée est nombreuse. Dans le cas contraire, il faut surveiller la température des chatons et mettre des bouillottes. Le réchauffement doit être progressif et il faut veiller à ne pas brûler les chatons par un contact prolongé avec une bouillotte.

Les chatons doivent téter rapidement.

Il est utile de peser les chatons à la naissance et de surveiller la prise de poids quotidienne.

Une stagnation est classique pendant les deux premiers jours. Une prise de poids doit se produire à partir du 3ème  jour.

Si les chatons tètent insuffisamment, que la mère n’a pas de lait ou du lait de mauvaise qualité, un allaitement artificiel (exclusivement avec du lait pour chatons) est nécessaire.

La quantité à donner aux chatons est de 5 ml par repas, toutes les 4 à 6 heures.

La chatte est une mère attentive; à part le fait d’habituer les chatons à la présence humaine en les manipulant doucement, l’intervention de votre famille n’est pas vraiment nécessaire. La chatte nettoie les chatons, à qui elle enseigne à utiliser la litière, en plus de les nourrir et d’en prendre soin. 

QUELS SONT LES SOINS A DONNER AUX CHATONS JUSQU’AU SEVRAGE ?
Durant les quatre premières semaines, la chatte nourrit ses chatons à volonté. Si elle ne produit pas assez de lait, vous entendrez les chatons gémir, ils seront agités ou faibles et, leur réflexe de succion étant peut être insuffisant, et ils ne prendront pas de poids. Le gain normal est de 10 grammes par jour.

Si un chaton est très faible, il s’alimente et bouge peu, et il finira rapidement par souffrir de sous-alimentation et de déshydratation. Dans les cas graves, la température du corps chute. Les chatons dont la prise de poids est anormale ou qui présentent des anomalies devraient être examinés le plus tôt possible par un vétérinaire, car ils ont peu de réserves et peuvent décliner rapidement. Si les mamelons de la mère semblent enflés ou rouges, s’il s’en écoule des sécrétions anormales, si la mère présente des pertes prolongées des voies génitales, ou si elle ne se nourrit pas et n’allaite pas suffisamment ses chatons, faites-la examiner sans retard. En général, les chattes sont en bonne santé et vigoureuses à l’époque de la naissance, mais il arrive que des interventions s’imposent.

                                                  Résultat de recherche d'images pour "chaton"

À partir de l’âge de quatre semaines, offrez de la nourriture aux chatons. Choisissez des croquettes de bonne qualité pour chatons auxquelles vous aurez ajouté de l’eau, cette nourriture aura d’ailleurs été servie à la chatte depuis 2 semaines afin de lui apporter assez de calories pour nourrir sa portée. Servez la nourriture dans un plat peu profond, pour que les petits puissent l’atteindre facilement. Si certains chatons ne s’intéressent pas à la nourriture, mettez-en un petit peu sur leurs lèvres et placez-les près du bol pour qu’ils prennent eux-mêmes de la nourriture. Jusqu’au sevrage, les chatons digèrent bien le lait, mais il n’est pas nécessaire de leur en donner. Laissez les chatons manger à volonté. À l’état sauvage, les chats sont des grignoteurs et ils s’alimentent plusieurs fois par jour.

                                                                  Résultat de recherche d'images pour "chaton"

Veillez à ce que les chatons ne soient pas sevrés avant l’âge de six semaines, car il peut être très exigeant d’avoir à les nourrir, et ils risquent davantage d’avoir une mauvaise santé et d’être moins sociables avec leurs congénères.

Il est important de manipuler les chatons régulièrement, voire chaque jour si c’est possible, une fois que la routine de la mère est bien établie. Cette manipulation est particulièrement importante entre le moment où ils ouvrent les yeux ( vers 10 jours)et le sevrage, pour les habituer au contact humain. Le fait de les tenir, de leur parler doucement et de les caresser est un bon moyen de leur apprendre à connaître les humains et à leur faire confiance. Dans tous les cas ils ne seront pas séparés de la mère avant l’âge de 12 semaines, afin qu’elle leurs apprenne à contrôler leurs morsures et leurs griffures. Ils pourront alors être vaccinés et identifiés avant de changer de maître, conformément à la loi. Dés que les chatons se nourrissent seuls, ils seront vermifugés, et le traitement antiparasitaire sera ensuite renouvelé toutes les 3 semaines jusqu’à l’âge de 6 mois.
 

le chat et la toxoplasmose/ Quizz…

Le cycle de Toxoplasma gondii (source: www.ameli-sante.fr)

Le chat est le seul animal porteur de toxoplasmose.Vrai ou Faux ?

Faux. Le chat est l’hôte définitif du parasite mais il existe de nombreux hôtes intermédiaires.

Ainsi, les vaches, chèvres, moutons, porcs, chevaux, chiens, volailles, rongeurs, oiseaux, peuvent héberger le parasite.

Chez ces derniers animaux, “Toxoplasma gondii” est présent sous forme de kyste et est inactif. Les animaux atteints ne présentent donc aucun symptôme (ou très rarement, pour le chien par exemple).

En revanche, chez les chats et autres félins, le parasite est actif et l’animal peut donc présenter des symptômes. Le chat excrète alors dans ses selles des oeufs encapsulés nommés “oocystes” qui renferment les formes contaminantes du parasite.

Les chats se contaminent par ingestion de viande contenant des kystes (soit la viande que leur donne leur maître, soit en chassant les rongeurs ou oiseaux…).

Ils peuvent aussi être contaminés s’ils avalent des oocystes présents dans les crottes d’autres chats porteurs de toxoplasmose (notamment en buvant dans une eau souillée, ou par léchage de végétaux souillés) .

Le chat est la principale source de contamination pour l’homme. Vrai ou Faux ?

Faux ! Il n’arrive qu’en 5ème place ! Le risque d’être contaminé en mangeant de la viande peu cuite (ingestion de kystes présents dans la viande), des crudités mal lavées souillées par une terre contaminée, ou encore en jardinant à mains nues est bien plus important !
La terre ou l’eau du milieu extérieur sont en effet des sources possibles de parasites car elles peuvent être souillées par des excréments de chat.

                                             

Le chat peut nous transmettre la toxoplasmose s’il nous mord ou nous griffe. Vrai ou Faux ?

Faux ! Le seul moyen d’être contaminé par notre chat est d’avaler des oocystes de parasites présents dans les excréments du chat. La toxoplasmose ne se transmet pas par griffure ou morsure.

Il existe des moyens de prévention contre la toxoplasmose.

Vrai ou Faux ?

Vrai. Il n’ y a pas de vaccin mais il existe des mesures de précaution si vous êtes enceinte, que vous n’êtes pas immunisée contre la toxoplasmose et que vous avez un chat !
Tout d’abord, il est conseillé de bien laver les fruits et légumes afin d’éliminer toute trace de terre. Faites cuire votre viande suffisamment, à coeur, de façon à détruire les kystes. La congélation pendant 3 jours à -18°C entraîne également la destruction des kystes.
Il est conseillé de porter des gants si vous jardinez ou que vous touchez de la terre, et de bien se laver les mains avant les repas.
Ce sont les recommandations classiques que vous donnera votre médecin.

                                                                      

Si vous avez un chat, faites changer la litière par une autre personne si cela est possible. Sinon, portez des gants, nettoyez le bac à l’eau chaude et lavez vous les mains après. La litière du chat doit être changée chaque jour : En effet les oocystes présents dans les selles ne deviennent infectants qu’au bout de 24h ! Donc pas de problème si on change la litière quotidiennement !

Ne nourrissez pas votre chat avec de la viande crue ou de la charcuterie. Préférez une alimentation industrielle avec laquelle il n’existe pas de risque de contamination par ce parasite.

Les parasites éliminés sous forme d’oocystes dans les excréments des chats sont très résistants dans le milieu extérieur.

Vrai ou Faux ?

Vrai. Les oocystes peuvent résister un an dans le milieu extérieur surtout dans des conditions humides (dans la terre, dans l’eau, sur les végétaux).

Un chat atteint de toxoplasmose et qui présente des symptômes peut être soigné. Vrai ou Faux ?

Vrai. Selon les symptômes que présente l’animal, le diagnostic de toxoplasmose est confirmé grâce à des examens complémentaires. Puis le traitement est mis en place par le vétérinaire. Ce traitement repose généralement sur une antibiothérapie qui peut être complétée par d’autres médicaments selon les troubles que manifeste l’animal.

                                                                      

 

Vous en savez désormais plus sur cette maladie si intrigante…
Il faut savoir qu’un chat atteint de toxoplasmose n’est contaminant que sur une période très courte. Il excrète des œufs dans ses selles pendant les 2 semaines qui suivent son infestation. Cependant le chat reste généralement porteur du parasite et des périodes de ré-excrétion peuvent réapparaître si l’animal est malade ou qu’il subit des traitements immunosuppresseurs.

Il n’existe malheureusement pas de test fiable à 100% permettant de dire si votre chat est contaminant ou non.

                                                                    
Toutefois en respectant des mesures d’hygiène simples et en changeant sa litière chaque jour, vous pouvez vivre votre grossesse sereinement. Il n’ y aura pas de risque de contracter la maladie par l’intermédiaire de votre chat

 

Le chat obèse

Les chats ont moins de besoins énergétiques que les chiens, ce qui les prédispose à l’obésité (un chat à des besoins deux fois moins importants que ceux d’un chien de même taille). Il faut rapidement lutter contre tout excès pondéral, non pas du fait de l’apparence physique que donne ce dernier au chat,  mais davantage pour maintenir l’animal en excellent état de santé.

En effet, l’obésité favorise l’apparition de pathologies (elle peut par exemple engendrer du diabète) et elle aggrave toutes les pathologies préexistantes.

Un important excès de poids diminue donc de façon significative la qualité de vie du chat et son espérance de vie.

 

 

Quand dois-je estimer que mon chat est en surpoids ?

Compte-tenu des variations individuelles de taille et de gabarit chez le chat, il n’est pas possible de définir un poids “idéal” pour un chat d’un âge donné.

Une méthode simple permet, par contre, d’estimer si votre animal est trop gros ou non:

Un chat a un poids correct s’il est possible, en posant les mains à plat de chaque côté de son thorax, de compter facilement ses côtes avec la pulpe des doigts, sans devoir appuyer.

Si les côtes sont difficiles à compter, l’animal est en surpoids.

Par ailleurs,  la graisse s’accumule préférentiellement dans la région de l’aine chez le chat. Si une poche de graisse est présente au niveau du bas ventre de minou, il est trop gros.

Pourquoi mon chat est-il trop gros?

Le surpoids a plusieurs origines possibles: Il peut s’agir de problèmes concernant le mode de vie du chat ou le milieu dans lequel il évolue.
Des erreurs alimentaires peuvent également provoquer une prise de poids. Enfin, certaines maladies s’accompagnent souvent d’obésité.

Surpoids lié au milieu de vie du chat ou à des changements dans son mode de vie

Stérilisation

La stérilisation réduit de 30% les besoins énergétiques du chat et a tendance à augmenter sa prise alimentaire et à le rendre plus sédentaire: il mange plus et fait moins d’exercice…

Votre vétérinaire vous conseillera une alimentation adaptée aux changements induits par l’intervention afin d’éviter toute prise de poids.

Milieu de vie peu stimulant

Lorsque le milieu de vie du chat est trop calme, qu’aucune distraction ne lui est proposée (peu de jeux présents à la maison, aucune possibilité de sortie…), ou qu’il reste seul en permanence, il va développer une certaine forme d’anxiété qui pourra elle-même se traduire par l’apparition de boulimie: le chat trouve un apaisement dans la consommation de nourriture.

Cet “ennui” est parfois mis en évidence par des comportements anormaux de l’animal comme un petit “quart d’heure de folie” le soir, des agressions autour du moment des repas, ou encore des “attaques” sur toute chose en mouvement (y compris les propriétaires…)

Changement d’environnement 

Parfois, le chat a vécu dans un environnement qui lui convenait parfaitement mais un changement important va modifier ses habitudes et s’accompagner d’une prise de poids. Ce peut être le cas lors de:

  • déménagement d’une maison avec jardin pour un appartement
  • décès d’un membre de la famille ou d’un animal avec lequel le chat jouait énormément
  • reprise d’activité des propriétaires après un arrêt de travail ou longue période d’absence des maîtres pour des vacances…(le chat se retrouve alors seul toute la journée)

Erreurs concernant le type d’aliment proposé ou son mode de distribution

Mode de distribution

De nombreuses erreurs alimentaires sont commises par méconnaissance du comportement alimentaire du chat dans le milieu naturel.

Dans la nature, il chasse de nombreuses proies toute la journée. Il mange donc des petites quantités mais 15 à 20 fois par jour.

Souvent, le chat  reçoit deux gros repas dans la journée. Il n’a alors pas accès à la nourriture en permanence comme il le souhaiterait, ce qui le stresse.

Dès qu’on lui propose un repas, il l’ingère très rapidement par “peur de manquer” et le propriétaire, ayant l’impression que le chat n’a pas mangé “à sa faim”, lui propose une nouvelle ration: un véritable cercle vicieux apparaît alors…

Aliment inadapté 

Des aliments de mauvaise qualité ou inadaptés peuvent également provoquer une prise de poids.

Une nourriture trop riche en graisse augmente l’appétence de la ration: le chat mange alors bien plus qu’à sa faim.

Maladies responsables d’obésité

Certains cas d’obésité peuvent être expliqués par des maladies ou de précédents traitements du chat qui peuvent engendrer une importante prise de poids. C’est le cas lors de troubles endocriniens (diabète ou problèmes thyroïdiens), de malformations ou de tumeurs du système nerveux central ou encore d’administrations répétées de certains médicaments comme les corticoïdes.

Troubles comportementaux

Deux types de pathologies comportementales peuvent expliquer chez le chat l’absence de régulation de la prise alimentaire: une hyperactivité ou un grave problème d’anxiété voire un état dépressif.

Chat hyperactif 

Certains chats souffrant d’hyperactivité ne parviennent pas à se contrôler: ils sont en activité permanente et ne parviennent jamais à se calmer. Ils n’éprouvent, par ailleurs, pas la sensation de rassasiement et mangent de très grandes quantités de nourriture.

Les troubles alimentaires s’accompagnent, dans ce cas, d’autres problèmes comportementaux: ces chats sont particulièrement brutaux lorsqu’ils jouent et très maladroits (ils renversent tout sur leur passage…), ils sont en permanence en mouvement et dorment très peu.

L’excès de poids de ces animaux est souvent limité du fait de leur activité permanente et des vomissements fréquents qui suivent l’absorption beaucoup trop rapide de leurs repas.

Troubles anxieux ou dépression

Lorsqu’un animal est très anxieux, il peut trouver un certain apaisement dans le fait de manger.

L’obésité peut donc être directement liée à la présence d’une grave anxiété ou d’une dépression.

D’autres anomalies comportementales pourront alors être mises en évidence et confirmeront le mal-être du chat :

  • Troubles du sommeil (réveils brutaux, inversion jour/nuit)
  • Toilette absente ou au contraire beaucoup trop importante (le chat peut aller jusqu’à s’arracher tous les poils sous le ventre à force de se lécher…)
  • Malpropreté
  • Chat “perdu”, désorienté, qui miaule en permanence
  • Chat anormalement peureux
  • Chat toujours en retrait, n’ayant plus aucun intérêt pour les jeux…

Comment faire maigrir mon chat ?

Surpoids lié au mode de vie du chat ou à des erreurs alimentaires

Lorsque l’excès de poids de l’animal est associé directement au type d’aliment, à la façon dont il est distribué ou encore à un milieu de vie trop “ennuyeux”, peu favorable aux mouvements et aux dépenses d’énergie, quelques modifications simples permettent généralement une nette amélioration de la situation.

Votre vétérinaire va vous aider à mettre en place un véritable “plan d’amaigrissement” qui tiendra compte des préférences alimentaires de votre animal et qui assurera au chat un minimum d’exercice.

Mise en place de jeux divers et variés dans l’habitation

Afin d’assurer au chat un minimum d’exercice physique, il lui sera proposé divers jeux d’observation, de chasse, de courses-poursuites, des activités ludiques à partager avec ses maîtres et, si possible, des sorties (sorties dans la rue en laisse, sur un petit balcon ou dans le jardin)

Toutes ces activités permettront, non seulement, d’augmenter l’activité physique du chat (donc de limiter la prise de poids) mais également d’améliorer son humeur (avec diminution du risque de surconsommation alimentaire par anxiété).

Correction des erreurs alimentaires 

Le mode de distribution idéal de nourriture est celui qui se rapproche le plus du mode d’alimentation du chat dans la nature.

Le chat doit avoir accès à de petites quantités de nourriture tout au long de la journée.

Les aliments choisis ne seront pas trop appétents (pour que le chat mange sans excès) et la quantité d’aliments à distribuer aura soigneusement été calculée par votre vétérinaire en fonction du poids idéal à atteindre afin d’assurer une perte pondérale progressive tout en évitant tout risque de carence.

Les préférences alimentaires de votre animal seront prises en compte. Ainsi, plusieurs types de régimes pourront lui être proposés :

  • un régime basé sur une ration ménagère (légumes, viande, féculents et complément alimentaire contenant vitamines et oligo-éléments) dans des quantités soigneusement calculées
  • un régime à base d’aliments industriels secs (croquettes de régime)
  • une ration industrielle mixte (comprenant à la fois croquettes et boîtes pour chat ou sachets fraîcheurs adaptés à la perte de poids)

Pour respecter le mode d’alimentation naturel du chat, les rations seront distribuées tout au long de la journée. Pratiquement, si le chat est habitué à une alimentation humide, de petites quantités de boîtes ou sachets fraîcheurs lui seront distribuées à de nombreuses reprises dans la journée, tout en lui laissant accès à des croquettes en libre-service.

Pour augmenter le temps de prise alimentaire, divers jeux pourront être mis en place autour de l’alimentation : fixation d’un gobelet plastique en hauteur qui oblige le chat à récupérer les croquettes avec la patte, balle ou distributeur cylindrique troués qui laissent tomber des croquettes quand le chat les met en mouvement, croquettes cachées en divers endroits de la maison difficilement accessibles (sous les tapis, dans des passages étroits…). Laissez place à votre imagination ! Grâce à ces jeux qui augmentent le temps de prise alimentaire, le chat aura l’impression d’avoir mangé beaucoup plus alors que la même quantité d’aliments lui aura été donnée.

 

 

Les changements de ration devront s’effectuer en douceur afin de permettre au chat de s’y adapter progressivement sans stress.

Il est très important de s’assurer que le chat accepte son régime et qu’il ne reste jamais plus de 48 heures sans manger. En effet, un amaigrissement trop rapide et des quantités ingérées beaucoup trop limitées peuvent provoquer chez le chat de graves troubles hépatiques (d’où l’importance de tenir compte des préférences alimentaires de l’animal et de calculer soigneusement les rations à lui fournir avec votre vétérinaire)

N’hésitez surtout pas à informer votre vétérinaire du moindre problème rencontré au cours du régime (chat qui refuse de s’alimenter, apparition de miaulements insistants ou d’agressions autour de la nourriture…). Il vous aidera à apporter des modifications au régime afin de diminuer la sensation de faim du chat en augmentant le volume de la ration distribuée ou en améliorant son appétence (par exemple, en remplaçant une partie des croquettes par un aliment humide ou par des légumes très peu caloriques comme la courgette)

Surpoids associé à une maladie ou à un trouble comportemental chronique

Lorsque l’excès de poids de l’animal est associé à une maladie ou à des troubles du comportement ayant donné naissance à une grave anxiété voire à une dépression, une prise en charge médicale devient indispensable.

Pathologies responsables d’obésité 

Lorsqu’une pathologie précise explique la prise de poids de l’animal (trouble endocrinien comme le diabète, lésions nerveuses centrales…), seul le traitement spécifique de cette maladie pourra permettre au chat de retrouver un poids normal.

Hyperactivité, anxiété ou dépression 

Lorsque l’obésité est révélatrice de graves troubles comportementaux tels qu’une hyperactivité, une forte anxiété ou une dépression, votre vétérinaire mettra non seulement en place une thérapie comportementale adaptée à votre chat, mais celle-ci sera associée à un traitement médicamenteux qui aidera le chat à retrouver un certain “bien-être”

L’excès de poids chez le chat peut avoir diverses origines. Dans certains cas, la mise en place d’un traitement médical sera nécessaire au retour à un poids correct. Dans d’autres, un régime suffira. Cependant, ce régime doit être mis en place de façon progressive, être bien étudié et tenir compte des goûts de l’animal pour éviter tout échec. N’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.

Adopter un chaton orphelin

Adopter un chaton orphelin

Les chatons naissent sourds et aveugles, ce n’est qu à partir de l’âge de 14 jours que les yeux s’ouvrent, et que l’audition est possible. Avant toute chose, vérifiez que le chaton ne soit pas infesté par des parasites, puces ou tiques, il faudra alors le traiter à l’aide de pipettes spécialement formulées pour chaton. Ces pipettes ont également une action contre les vers, et doivent donc être utilisée tous les 15 jours jusqu’à l’âge de 2 mois puis une fois par mois jusqu’à 6 mois.

On ne lave jamais un chaton avec un shampooing anti-parasitaire : ces shampooings sont toxiques et peuvent provoquer des convulsions, pouvant aller jusqu’à la mort de l’animal.

 

Alimentation                                                                                

Il faut nourrir le chaton au biberon avec un lait de remplacement pour chatons (disponible à la clinique), en respectant bien le dosage de lait en poudre : 1 cuillère doseuse arasée pour 30 ml d’eau. Un lait de remplacement trop dilué ou trop concentré peut provoquer diarrhée ou constipation. On nourrit le chaton :

  •  toutes les 3 heures la 1ère semaine (même la nuit), chaque repas représentant 2 à 5 ml
  •  toutes les 4 heures la 2ème semaine, chaque repas représentant 5 à 10 ml
  •  toutes les 5 heures la 3ème semaine ,chaque repas représentant 10 à 15 ml
  • toutes les 6 heures la 4ème semaine,chaque repas représentant 10 à 15 ml

Il est important de ne pas placer les bébés sur le dos pour les nourrir parce que le lait pourrait aller dans leurs poumons. Il faut plutôt les placer sur le ventre comme ils seraient placés s’ils tétaient leur mère.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                   Notre mascotte Izy à l’âge de 6 semaines !  

Après chaque tétée, il faut stimuler les bébés pour qu’ils fassent leurs besoins. Pour ce faire, vous devez frotter délicatement leurs organes génitaux avec un linge humide, voire stimuler les marges de l’anus avec un coton tige humidifié ou recouvert d’un peu de vaseline.

Il est recommandé de placer les bébés chats dans une boîte dans laquelle vous placerez des couvertures et une bouillotte (ou une lampe chauffante) pour les garder bien au chaud jusqu’à l’âge d’environ 3 semaines jusqu’à ce qu’ils soient capables de réguler leur température corporelle. Afin d’éviter que la bouillotte ne cause des brûlures, assurez-vous de bien la recouvrir avec les couvertures.

Vous  leur présenterez de la nourriture en boîte pour chaton dans une petite assiette plate dès l’âge de 4 semaines, âge auquel le chaton commence à avoir des dents. Vous pouvez également présenter le lait dans une petite écuelle. Dès que le chaton commence à boire seul, vous supprimerez les biberons. Le lait n’est plus nécessaire autour de 6 semaines d’âge.

Le chaton devra alors recevoir soit uniquement des croquettes pour chatons en croissance, soit une alimentation mixte, qu’il faudra équilibrer suivant ses besoins. Nous vous proposerons une ration équilibrée lors de sa première visite vaccinale.

Le chat est un chasseur qui, dans la nature, effectue un très grand nombre de repas de faible volume. Une alimentation en  libre-service, à l’aide de croquettes de bonne qualité, est donc le mode de distribution alimentaire qui s’approchera le plus de sa façon naturelle de s’alimenter. La gamelle doit se trouver dans un endroit calme où le chat peut venir manger sans être dérangé.

Il est également possible d’utiliser un pipolino, sorte de gamelle roulante ludique qui stimule le chat, et lui permet d’assouvir sa faim et son besoin d’exercice.


Apprentissages

La propreté a logiquement été apprise par imitation de la mère et le chaton est généralement déjà propre lorsqu’il est adopté. Il faut mettre à sa disposition une ou 2 litières, le chaton adopte en général spontanément la litière, toute malpropreté est à signaler lors de la consultation vaccinale car elle est révélatrice d’un état anxieux.

Certaines règles de base pourront être apprises au chaton à son arrivée à la maison comme ne pas grimper sur les tables ou ne pas gratter la terre des plantes. Ces apprentissages se feront en lui donnant un ordre bref “non” et en détournant son attention vers une activité ludique (par exemple, jet d’une balle…). Le chat est, par ailleurs, sensible aux récompenses. Le féliciter  et le récompenser (caresses, croquettes…) aidera lors des séances d’apprentissages. Le chaton est très joueur, le moindre objet est source de jeux, il faut lui fournir de nombreux jouets afin de canaliser son activité débordante.
                    
Dès son adoption, il peut également être très intéressant d’habituer le chaton à toutes sortes de manipulations.
Ce dernier supportera d’autant mieux les futures contraintes qu’il a été  manipulé régulièrement très jeune. Il est conseillé d’apprendre à lui ouvrir la gueule (pour une administration ultérieure de cachets par exemple ou un brossage des dents), d’examiner régulièrement ses pattes, ses oreilles, ses yeux (ce qui facilitera les soins en cas d’otite, conjonctivite…). Jeune, il s’habituera facilement à être brossé ou à ce qu’on lui coupe les griffes…

Si votre chaton attaque vos pieds ou vos mains, ne le laissez pas faire : il joue au prédateur, ce qui est autorisé avec des objets mais interdit avec les êtres humains ; une petite tape avec le bout du doigt sur le côté du museau (je précise « petite tape », il ne s’agit pas de faire mal, juste d’imiter les mamans-chats), un arrêt du jeu, voire une pulverisation d’eau devraient suffire à supprimer les comportements inadequats.

 

Vaccinations

Le chaton peut être vacciné dès l’âge de 7 semaines, il aura un rappel vaccinal 4 semaines après sa première vaccination. Si votre chaton présente un jetage nasal (il mouche et éternue), a les yeux qui pleurent ou tousse, il a probablement un coryza ou une chlamydiose inoculé par sa mère, et il faut l’emmener rapidement chez son vétérinaire.