Appareil d’anesthésie gazeuse

anesthesie_gazeuseL’anesthésie générale est un processus qui agit sur l’ensemble du système nerveux et provoque un sommeil profond. Elle est obtenue par injection de produits anesthésiants et/ou inhalation de gaz.

Elle plonge l’animal dans un état d’inconscience avant une procédure médicale, ce qui lui permet de ne ressentir aucune douleur et de n’avoir aucun souvenir ultérieur des soins effectués.

 

La plupart des interventions chirurgicales sont réalisées sous anesthésie gazeuse :

L’animal est d’abord endormi par injection d’un anesthésiant par voie intraveineuse. Il est ensuite intubé, et le relais de l’anesthésie se fait par inhalation d’isoflurane.

Ceci procure une qualité d’anesthésie exceptionnelle, réduisant les risques au minimum, notamment en cas d’intervention prolongée. Le réveil est plus rapide et l’animal récupère très rapidement.

Un monitoring cardiaque et respiratoire systématique renforce encore la sécurité de l’anesthésie.

Cette procédure est particulièrement intéressante lors de réalisation de chirurgies sur les NAC (lapins, cobayes …), très sensibles à l’anesthésie.

N’hésitez pas à nous demander des précisions sur l’utilisation de l’anesthésie gazeuse au sein de notre clinique.

Otoscope

otoscope

L’otoscope est un outil qui nous permet d’inspecter en profondeur l’oreille.

 

 

En effet, l’oreille de nos compagnons est différente de celle des êtres humains.

La partie la plus externe de l’oreille est verticale (c’est la partie visible avec le pavillon).

Mais la partie interne de l’oreille est horizontale et aboutit au tympan.

L’otoscope permet donc l’inspection complète du conduit auditif, en particulier la visualisation du tympan qui est une petite membrane assez fragile.

L’otoscope permet également de repérer d’éventuels corps étranger (épillets, herbes, etc…), de dépister une inflammation ou la présence de cérumen en cas d’otite.

N’hésitez pas à nous demander une inspection complète des oreilles de votre compagnon en cas de doute.

Mesure de la pression artérielle

mesure-pression

Certains appareils permettent la mesure de la pression artérielle chez le chien et le chat.

 Grâce à un brassard qui est, peu à peu gonflé, nous pouvons savoir si votre animal souffre d’hypertension ou d’hypotension artérielle.

 Cet examen est indolore et peut être réalisé rapidement sur votre compagnon. Lors de la mesure, il est ainsi possible de mesurer deux types de valeurs :

 puce-4 Mesure de la pression systolique qui correspond à la pression dans les vaisseaux sanguins lorsque le cœur éjecte du sang vers les vaisseaux.

 puce-4 Mesure de la pression diastolique qui correspond à la pression dans les vaisseaux sanguins lorsque le cœur se remplit de sang.

Il est ainsi possible de savoir si le sang passe trop brutalement dans les vaisseaux (hypertension) ou trop faiblement (hypotension). Cet examen indolore permet un dépistage précoce de différentes affections cardiaques mais aussi rénales. En effet, le bon fonctionnement du rein dépend de la pression sanguine et un rein mal irrigué souffre et joue moins bien son rôle de filtration et d’élimination des déchets de l’organisme. N’hésitez pas à nous demander des précisions sur cet examen lors de votre prochaine visite.

IMG_3683

 

Lampe de Wood

lampe_de_wood

La lampe de Wood est un outil intéressant utilisé en dermatologie vétérinaire.

 
 

En effet, les rayons ultraviolets de la lampe de Wood permettent le diagnostic de certains types de teignes du chien et du chat.

Ces champignons apparaissent fluorescents lorsqu’ils sont observés avec la lampe de Wood dans l’obscurité.

Le diagnostic de la teigne est important car cette maladie dermatologique qui se traduit par des dépilations peut contaminer l’homme et également les autres animaux vivant sous le même toit.

En cas de doute, il peut être nécessaire de réaliser une mise en culture pour être sûr que la teigne est bien présente sur votre animal.

Endoscope

L’examen endoscopique consiste à visualiser sur un écran les différentes parties de l’anatomie interne des animaux grâce à une fibre optique qui parcourt l’intérieur de l’organe.

L’image est visible car l’appareil est relié à une caméra.

Il existe différentes zones accessibles  à l’endoscopie :

puce-4 Endoscopie des cavités nasales ou rhinoscopie : pour repérer les anomalies des cavités nasales comme des abcès, des tumeurs ou même la présence de corps étrangers comme les épillets qui peuvent alors être retirer grâce à une petite pince qui peut sortir au bout de la fibre optique.

puce-4 Endoscopie digestive : elle permet la visualisation de la cavité buccale, de l’œsophage, de l’estomac et du début du tube digestif.

Il est ainsi possible de repérer des anomalies au niveau digestif comme des masses, des ulcérations ou la présence de corps étrangers.

Il est parfois possible de récupérer les éléments ingérés de petites tailles grâce à une pince située à l’extrémité de l’endoscope. Des petites pinces permettent également de prélever de petits morceaux de tube digestif pour les faire analyser et ainsi préciser le diagnostic en cas d’anomalies.

puce-4 Coloscopie : de la même façon qu’il est possible d’explorer l’estomac et le début du tube digestif, il est possible de découvrir la fin du tube digestif en visualisant le rectum et le colon grâce à la fibre optique de l’endoscope.

puce-4 Endoscopie urinaire : elle n’est possible qu’avec une fibre de très petit diamètre et chez des chiens de taille moyenne à grande.

Elle permet de visualiser la muqueuse de l’urètre (canal conduisant l’urine de la vessie à l’extérieur) et de la vessie (c’est-à-dire l’intérieur même de celle-ci), et bien sûr de faire d’éventuelles biopsies.

D’autres fibres optiques permettent de voir l’intérieur de l’abdomen (on parle de laparoscopie), ou l’intérieur d’une articulation (arthroscopie). Elles permettent aussi des petites interventions chirurgicales sur ces organes, comme en médecine humaine.