Mutation du gêne MDR1 ou intolérance médicamenteuse chez les chiens de berger

Vous êtes l’heureux propriétaire d’un Colley, d’un Border Collie ou chien de Berger Australien ! Saviez-vous que votre chien peut être porteur d’une maladie génétique appelée mutation du gêne MDR1 ou intolérance médicamenteuse ?

                                                                      BERGER AUSTRALIEN

La mutation du gène MDR1 était connue pour être responsable d’une intolérance à un médicament anti-parasitaire appelé l’ivermectine, provoquant un coma mortel chez les chiens de race Colley.

Une étude toute récente vient de montrer que ce gène intervenait dans la tolérance à beaucoup de médicaments, et  que plusieurs races étaient concernées.

En fait, cette mutation génétique existe chez les Colleys, les Shetland, les Bergers Australiens, les Bergers Blancs Suisses, et les Border Collies.

Et cette mutation est responsable d’intolérance à de nombreux médicaments d’utilisation fréquente (en gastro-entérologie, en anesthésie, en parasitologie, en cardiologie, en cancérologie, en dermatologie…) la liste s’allongeant régulièrement. On peut citer entre autres le Lopéramide (Imodium), les ivermectines (vermifuges pour chiens, pour bovins et pour chevaux : attention aux crottins de chevaux traités !), le Stomorgyl (un antibiotique pour chiens) et bien d’autres encore. Dans la plupart des cas, le chien tombe dans un coma profond qui mène au décès de l’animal.

Le dépistage génétique de cette « maladie », qui ne concernait à la base que quelques colleys, peut maintenant s’appliquer aux autres races de chien de berger sensibles à cette mutation.

A l’occasion d’une consultation, un prélèvement ADN pourra si vous le souhaitez être pratiqué sur votre animal. Il consiste en un écouvillonage de la muqueuse buccale, en frottant les gencives de votre chien à l’aide d’un coton-tige placé dans un milieu de transport adapté, envoyé à un laboratoire spécialisé dans les analyses génétiques. Le but sera de connaître l’éventuelle sensibilité particulière de votre chien, et d’adapter les soins qu’il pourra recevoir tout au long de sa vie. En particulier en évitant les médicaments impliqués dans cette anomalie génétique. Le coût de cette  analyse est d’environ 75 euros.

L’analyse déterminera si votre chien est homozygote négatif (chien non porteur de la mutation donc « normal »), homozygote positif (donc doublement porteur de la mutation et donc très sensible aux médicaments incriminés avec un risque mortel) ou hétérozygote (donc légèrement sensible, pouvant présenter des signes neurologiques allant de bénins à graves en cas d’administration de ces médicaments).

L’intolérance médicamenteuse est une  maladie génétique : les animaux hétérozygotes ou homozygotes positifs sont donc susceptibles de transmettre le gêne défectueux à leur descendance et ne devraient donc pas être mis à le reproduction.

Nous vous invitons à préciser à votre vétérinaire à chaque consultation le résultat du test génétique, surtout si votre chien est porteur du gêne muté MDR1. A chaque vermifugation ou pour tout traitement anti-parasitaire, il faut vérifier que la molécule administrée ne figure pas dans la liste de médicaments interdits. De même lors de toute anesthésie, le statut de votre chien vis à vis de la maladie est important à connaître. N’hésitez-pas à nous contacter en cas de doute.

Connaître le statut génétique de votre chien vis à vis du gêne MDR1 peut sauver la vie de votre animal…

Vous trouverez une liste des médicaments interdits aux chiens touchés par cette mutation génétique sur le site collie-on-line en suivant ce lien .