Archives de l’auteur

Les maladies de la prostate chez le chien

Les maladies de la prostate font partie des pathologies fréquemment rencontrées chez le chien mâle.

La prostate est une glande sexuelle située en arrière de la vessie, présente chez le mâle uniquement. Elle est traversée par l’urètre (conduit qui permet le passage des urines de la vessie vers l’extérieur) et est située en dessous du côlon (le gros intestin) et du rectum. Elle mesure habituellement quelques centimètres et participe à la production du sperme.


Avec l’âge et sous l’effet des hormones sexuelles, la prostate a tendance à grossir et peut basculer dans l’abdomen.
 


Illustration provenant du site catedog.com

 

Les chiens présentant des problèmes de prostate sont donc des chiens mâles majoritairement non castrés (du fait du rôle joué par les hormones sexuelles) et d’âge moyen (environ 5 ans) à avancé. Le Scottish Terrier serait une race prédisposée car possédant une prostate de taille supérieure à la normale dès le jeune âge.

Symptômes associés

Lors de troubles prostatiques, les symptômes rencontrés sont, le plus souvent, des troubles urinaires. Les propriétaires rapportent la présence d’hématurie (sang dans les urines) entre les mictions (moments où le chien urine) avec parfois une rétention urinaire ou au contraire une incontinence.
En augmentant de taille, la prostate va entraîner (lorsqu’elle n’a pas basculé dans l’abdomen) une compression du côlon et du rectum conduisant à des efforts de défécation ou à de la constipation.

Différentes maladies de la prostate

Les pathologies prostatiques peuvent être de différents types :

  • Hyperplasie bénigne de la prostate : c’est la maladie prostatique la plus fréquente. Il s’agit d’une augmentation de taille de la glande, qui peut présenter également des kystes parfois très volumineux.


Illustration provenant du site catedog.com


  • Prostatite et abcès prostatique : la prostatite est une inflammation de la glande, souvent d’origine bactérienne (l’infection se propage via le système urinaire). Le chien présente, en plus des symptômes évoqués précédemment, de la fièvre ainsi qu’un abattement et une baisse d’appétit. La prostatite peut évoluer de manière chronique vers un abcès prostatique.


Illustration provenant du site catedog.com


  • Cancer de la prostate : il s’agit d’une maladie assez rare chez le chien. Elle concerne des animaux d’âge avancé (à partir de 8-9 ans), y compris des chiens castrés.


Illustration provenant du site catedog.com

Examens complémentaires

En fonction des symptômes observés chez le chien et de son examen clinique, le vétérinaire proposera des analyses complémentaires adaptées. Le toucher rectal permet, dans un premier temps, de vérifier la taille de la prostate et d’identifier une possible douleur.

 

L’examen de choix pour aider au diagnostic d’une maladie prostatique est l’échographie : elle permet d’évaluer la taille de la glande, de rechercher la présence de kystes/abcès ou d’une tumeur et d’effectuer des prélèvements au besoin.

 

Traitements

  • Lors d’hyperplasie bénigne de la prostate, le traitement par hormonothérapie consiste en l’administration d’anti-hormones mâles qui vont permettre une réduction de la taille de la prostate. L’effet de ces hormones dure plusieurs mois.
    La castration chirurgicale est également thérapeutique dans ce cas puisque l’arrêt de sécrétion d’hormones sexuelles mâles va progressivement faire régresser la taille de la prostate hypertrophiée.
  • Lors de prostatite ou d’abcès prostatique, un traitement antibiotique adapté est prescrit afin de lutter contre l’infection. Ces pathologies étant douloureuses, des traitements anti-inflammatoires et/ou antalgiques sont souvent ajoutés. Une atteinte importante de l’état général de l’animal peut nécessiter une hospitalisation afin de commencer les traitements par voie injectable et de gérer au mieux la douleur et/ou la fièvre.
  • Les tumeurs prostatiques sont malheureusement souvent diagnostiquées à des stades tardifs, le processus ayant, la plupart du temps, déjà disséminé ailleurs. Aux stades plus précoces, une chirurgie visant à retirer uniquement la tumeur est envisageable (l’exérèse complète de la prostate est toutefois difficile compte tenu de sa proximité avec l’urètre). De la radiothérapie peut être prescrite suite à la chirurgie. La castration est une solution palliative qui peut permettre de freiner temporairement la croissance de la tumeur.

En conclusion, les maladies de la prostate sont des pathologies fréquentes chez le chien mâle âgé, et de gravité variable selon leur cause. La stérilisation des jeunes chiens mâles est un moyen de prévention efficace de la majorité de ces maladies.

 

Auteur : Dr. Manent-Manent Marion et illustratrice : Dr. Caroline Allard – Vetup®

 

Les urgences oculaires

Quelles anomalies oculaires doivent me faire consulter mon vétérinaire en urgence ?

Votre animal est rentré du jardin l’œil fermé ? Il présente un écoulement oculaire important depuis la promenade ? Une couleur inhabituelle de son œil est apparue depuis qu’il a reniflé au pied des pins ?
Il peut s’agir d’une urgence oculaire nécessitant l’avis d’un vétérinaire.

Qu’est-ce qu’une urgence oculaire ?

C’est une atteinte à court ou moyen terme des structures oculaires ou péri-oculaires pouvant menacer leur intégrité. Ces urgences nécessitent, le plus rapidement possible, un examen médical approfondi par un vétérinaire avec du matériel spécifique. Votre vétérinaire va procéder à un examen ophtalmologique complet : il va examiner la forme et la position des structures oculaires, tester la vision de l’animal et ses réactions vis -à -vis de la lumière. Un examen approfondi des différents segments oculaires, notamment à l’aide d’une lampe à fente portative peut être nécessaire.

Rappels anatomiques

Schéma d’un œil et de ses annexes en coupe (1)

L’urgence oculaire peut concerner les paupières, la cavité orbitaire, les conjonctives voire l’œil lui-même, avec des atteintes de la cornée ou des structures oculaires internes.

Modifications anatomiques majeures

Il peut s’agir d’une atteinte traumatique des paupières avec des plaies ou des contusions suite à une bagarre avec un congénère ou suite à un choc.
Dans d’autres cas, on peut observer un déplacement du globe oculaire vers l’extérieur (luxation), déplacement dû à un choc ou secondaire à une cause sous-jacente. Dans les cas les plus sévères, le globe pend hors de la cavité orbitaire (prolapsus) et nécessite une intervention sans délai, l’animal étant en état de choc.

Luxation du globe oculaire chez un chien brachycéphale.
Les races brachycéphales (chiens à face aplatie, à museau très court) sont prédisposées aux luxations du globe oculaire (2)

L’œil rouge

Un œil rouge est souvent associé à une gêne importante pour l’animal et doit vous faire consulter votre vétérinaire en urgence. Il peut s’accompagner de douleur et de démangeaisons notables. En se grattant avec sa patte ou en se frottant la tête sur le tapis ou le canapé, votre animal risque d’aggraver des lésions déjà présentes voire de créer de nouvelles lésions « auto-infligées ». Il peut alors être utile de mettre en place une collerette si vous en possédez une à la maison et de réaliser un lavage oculaire doux au sérum physiologique, en attendant l’avis de votre vétérinaire.

 

La collerette permet d’attendre l’avis du vétérinaire sans risquer pour l’animal d’aggraver son état

La rougeur oculaire peut avoir diverses causes :

Une conjonctivite peut être à l’origine d’une rougeur oculaire. Les conjonctivites peuvent être d’origine allergique ou encore infectieuse comme notamment, chez le chat, lors de syndrome coryza. Le coryza est une maladie liée à l’association de plusieurs virus et bactéries et qui peut avoir de multiples conséquences, notamment oculaires. La gêne occasionnée par cette pathologie chez votre chat vous alertera.

Une uvéite (baisse de pression intra-oculaire) ou un glaucome (augmentation de pression intra-oculaire) peuvent également provoquer une rougeur de l’œil. Ces variations de pression interne du globe oculaire sont elles-mêmes provoquées par une atteinte des structures de production et d’évacuation de l’humeur aqueuse (liquide biologique transparent qui occupe la chambre postérieure et la chambre antérieure de l’œil). Ces affections sont sérieuses et mettent en péril la vision de votre animal. Une perte définitive de la vision peut, dans certains cas, survenir en seulement 48 heures sans traitement. Il est à noter que certaines races sont prédisposées aux atteintes glaucomateuses comme l’Akita Inu, le Bichon frisé, le Caniche, le Chihuahua, le Flat-Coated retriever, le Golden retriever, le Jack Russell terrier, le Labrador, le Teckel, le Chow-Chow, le Shar-Peï, le Cocker américain, le Basset Hound ou encore le Boston Terrier.

Le Shar-Peï est prédisposé au glaucome primaire à angle ouvert et à la luxation du cristallin caractérisés par des douleurs oculaires, clignements des yeux, larmoiements, rougeurs et une perte de vision soudaine (6)

La présence de sang dans l’œil (hyphéma) est impressionnante et associée à une uvéite : elle doit vous faire consulter en urgence votre vétérinaire.
Enfin, l’œil rouge peut être secondaire à d’autres affections oculaires (ulcères de la cornée, réaction urticante aux chenilles processionnaires, traumatisme) ou péri-oculaires (atteinte de l’orbite, tumeur autour ou dans le globe oculaire…). L’examen clinique attentif et le questionnement du propriétaire permettront au vétérinaire voyant l’animal en urgence de mettre en évidence une cause sous-jacente responsable de la rougeur oculaire.

Les atteintes de la cornée

Un ulcère cornéen est une plaie de la cornée plus ou moins profonde. Sa gestion, a minima médicale, doit être réalisée en urgence. Il est très important de déterminer la profondeur de la perte de substance à l’examen.

Les différents types d’ulcères de la cornée en fonction de leur profondeur (7)

Des germes et débris colonisent cette plaie de la cornée et peuvent s’accompagner d’une fonte de la cornée (kératomalacie) dans les cas les plus sévères. L’évolution d’un ulcère peut aller jusqu’à une perforation (œil crevé) en cas d’infection non contrôlée ou de traumatisme perforant. Les cas de griffures oculaires sont fréquents, d’autant plus qu’un nouveau chiot curieux est venu rejoindre le foyer du chat. Des corps étrangers peuvent aussi venir se ficher dans la cornée (épines, morceaux de griffe) ou perforer le globe oculaire (plomb). Ces cas constituent alors de véritables urgences oculaires nécessitant une chirurgie spécialisée.

Les baisses ou pertes visuelles brutales

Le caractère soudain d’une baisse ou d’une perte de vision doit motiver une consultation en urgence.
La rétine, située au pôle postérieur du globe oculaire, est composée de cellules codant l’information lumineuse reçue à travers le globe oculaire en signal électrique pour le cerveau. Toute atteinte située sur le trajet des rayons lumineux (opacité cornéenne, cristallinienne, vitréenne), toute atteinte de la rétine (décollement, inflammation), du nerf optique ou encore de l’étage cérébral peut générer une baisse ou perte visuelle plus ou moins brutale.
Le recueil des commémoratifs, l’examen clinique général de l’animal et l’examen ophtalmologique complet permettront d’en déterminer la localisation précise afin d’envisager une prise en charge et d’évaluer la possible récupération visuelle.

Schéma et image de fond d’œil illustrant un décollement rétinien complet (4)

En conclusion, tout œil qui coule de manière inhabituelle, tenu fermé ou de couleur modifiée doit motiver une consultation en urgence chez votre vétérinaire. Un contrôle attentif de l’évolution des lésions sera ensuite nécessaire. Bien des solutions existent avant d’envisager la perte définitive d’un œil, d’autant plus que la prise en charge aura été rapide !

Sources images

(1) https://www.tvm.fr/wp-content/uploads/2019/01/Dépliant-sénescence-cristallinienne TVM.pdf
(2) http://www.ophtavet.com/Medcom Ophtavet/atlas/Luxation Globe Oculaire.jpg
(3) https://www.tvm.fr/wp-content/uploads/2019/01/Poster-oeil.jpg
(4) http://www.ophtavet.com/Medcom_Ophtavet/atlas/DecollementRetinien.jpg

 

Auteure et illustratrice : Dr. Guillemette Bataille – Vetup®

 

Mucus dans les selles chez le chien

Les selles de mon chien sont glaireuses…

Les excréments de votre animal peuvent parfois être couverts de mucus. Le mucus désigne habituellement une substance de consistance visqueuse. Constitué principalement d’eau et de protéines, il est souvent incolore, mais peut comporter des traces marrons, jaunâtres voire rouges

La Cheyletiellose

La Cheylétiellose est une affection parasitaire liée à la présence d’acariens microscopiques, les cheylétielles, présents à la surface de la peau d’un animal (chien, chat, lapin peuvent être contaminés). Ces parasites se nourrissent, à leur stade adulte, de kératine, de débris cutanés et d’autres parasites.